Les réformés fribourgeois s’engagent contre les exportations d’armes

© Istock /Relentless_one
i
© Istock /Relentless_one
© Istock /Relentless_one

Les réformés fribourgeois s’engagent contre les exportations d’armes

31 mai 2018
L’Église réformée fribourgeoise doit faire entendre sa voix contre un projet d’assouplissements des règles concernant les exportations d’armes! Ainsi en a décidé un Synode peu sensible aux questions liées au respect des domaines de prise de parole entre organisations réformées.

«D’un point de vue chrétien, on ne peut pas accepter que les risques de réaliser des bénéfices moindres et de perdre des places de travail soient considérés comme pesant plus lourd que les risques de violation des droits humains et de la perte de vies humaines», rappelle une déclaration adoptée lundi soir par le synode de l’Église évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) réuni à Grangeneuve. Le texte a été proposé par deux délégués alarmés par une enquête diffusée sur la radio publique alémanique démontrant que l’industrie suisse de l’armement cherche à obtenir la possibilité d’exporter des armes également vers les pays où règne un conflit armé interne.

«Par sa démarche, l’industrie suisse de l’armement vise à obtenir carte blanche pour les exportations d’armes, sans aucune prise en compte de la mesure dans laquelle les activités commerciales découlant de cette recherche du gain représentent un danger immédiat pour des vies humaines», dénonce le texte dont l’adoption n’a pas suscité le moindre de débat.

Les discussions ont par contre porté sur le canal de diffusion. Le Conseil synodal (exécutif) souhaitait faire remonter la proposition vers la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), le partenaire usuel des autorités fédérales. «Cette question concerne certes toute la Suisse, mais c’est assumer notre responsabilité d’Église que de nous opposer à cela», a plaidé Arnold Kuchen, coauteur de la déclaration.

«Nous essayons de mettre en place le principe de subsidiarité entre les différents organes réformés. Si le Conseil synodal prenait la place des paroisses, cela ne serait pas accepté» a plaidé Pierre-Philippe Blaser, président du Conseil synodal estimant que faire le boulot de la FEPS risquait de «froisser» des Églises sœurs et nuisait à la clarté de la communication des réformés. «Les réformés bernois viennent d’envoyer une lettre ouverte à Simonetta Sommaruga», a rétorqué un délégué faisant référence à la récente prise de position de l’Union synodale Berne-Jura-Soleure contre le durcissement des conditions d’accueil des réfugiés érythréens en Suisse. C’est finalement par 78 voix contre 8 que le Synode a décidé que l’EERF prendrait position sur cette question de politique fédérale.

Les délégués ont également adopté des comptes 2017 présentant un bénéfice de près de 73'000 francs sur un exercice d’environ 2,3 millions de francs. Ils ont également débuté un débat sur un projet de Règlement concernant les critères de consécration et d’agrégation. Les membres du Synode ont par ailleurs, décidé de la consécration de la diacre Virag Sauter et du pasteur Amédée Ruey d’Estavayer-le-Lac et de l’agrégation au corps pastoral fribourgeois de la pasteure Katrin Bardet de Ferenbalm.