Le synode jurassien plébiscite une presse protestante libre

© Istock
i
© Istock
© Istock

Le synode jurassien plébiscite une presse protestante libre

28 mai 2018
Un point d’échange moins formel devrait désormais être introduit dans chaque ordre du jour de l’organe délibérant de l’arrondissement réformé jurassien. La formule a été inaugurée par une réflexion faisant suite à une polémique qui a touché le mensuel «Réformés».

«La presse protestante doit cultiver l’esprit critique et l’ouverture avec ambition et qualité», résume le rapporteur d’un petit groupe au Synode de l’arrondissement jurassien des Églises réformées Berne-Jura-Soleure. Les délégués, réunis samedi 26 mai à Sornetan (BE) ont été invités à un bref échange autour de la liberté de la presse protestante. Et c’est un consensus qui s’est dessiné dans l’assemblée en faveur de la liberté de la presse, y compris celle que les Églises financent.

«Nous avons souhaité introduire un temps d’échange et de réflexion dans notre synode», explique la pasteure Françoise Vallat-Delannoy, membre du Conseil du Synode jurassien (CSJ). Ce moment de partage un peu moins formel que les discussions autour des comptes ou des règlements pourrait ainsi devenir une tradition du Synode jurassien. «La presse religieuse doit-elle informer, être apologétique, raviver la foi des lecteurs?», a interrogé la pasteure Nadine Manson, également membre de l’exécutif en lancement de la discussion, sans cacher que cette thématique était directement inspirée par la polémique suscitée par la publication d’une image de deux hommes enlacés, l’un des deux les bras en croix, dans l’édition de février de "Réformés".

«Il est très important que le journal des Églises parle de sujets d’actualité qui touche notre société», a plaidé une déléguée qui a ajouté «quant au choix de la photo, il était audacieux, peut-être même maladroit, mais le sujet a été traité avec pertinence. C’est un plus, pour la visibilité de notre Église!» Une autre déléguée a pour sa part considéré que «si cette image nous a choqués, cela devrait être l’occasion de nous interroger sur la souffrance que vivent ceux qui sont concernés.»

«Quelques personnes ont profité de cette affaire pour quitter l’Église, mais ce sont des personnes qui attendaient le premier prétexte pour le faire», a regretté le pasteur Jean-Luc Dubigny. Et la pasteure Corinne Baumann a plaidé: «pour moi, la liberté de la presse est sacrée. Le jour où l’on enlève cela à “Réformés”, ce n’est plus un journal d’opinion.»

Le Synode a également pris congé de sa secrétaire Josianne Voumard, qui après 35 ans et sans n’avoir jamais manqué de synode s’apprête à prendre sa retraite. Il a adopté le rapport d’activité et les comptes 2017 présentant un excédant de charges d’environ 60’000 fr sur un exercice total de 1,16 million de francs. Lors du culte synodal, les délégués ont également installé le diacre Michael Porret dans ses fonctions d’aumônier des sourds pour l’arrondissement jurassien et pour l’Église réformée de Neuchâtel.